Logo

Nos moulins

Essonne Nos moulins

Moulin de la Planche

Au XIXème siècle sur l’arrondissement d’Etampes on dénombrait 145 moulins à eau et 18 moulins à vent… dans Etampes intra-muros 30 moulins à eau qui n’étaient pas tous à farine : il y en avait à foulon, à tan, à peau et à papier.


D’après l’état de tous les moulins de la commune par Léon Marquis en 1881 il y a 28 moulins et il en reste 3 en fonctionnement en 1936 du fait de la concurrence des grands moulins.

Sur la Juine : Gérofosse, Bourgneuf, Fontaines.

Sur la Louette : Vaujouan, Tan, Ouche, Chauffour, Peaux, 2 x Branleux, Bonté (nom du dernier propriétaire du moulin "de Saclas").

Sur la Chalouette : Valnay, 2 x Badran, Baildar, Braban, Pirouette, 2 x Trinité, Hospice.

Sur la Rivière d’Etampes : Sablon, 2 x Notre Dame, 2 x Darnatal, Maubelle et 2 x Port.

Etampes Moulin de Chauffour

Moulin Chauffour - Etampes - Louette

C'est un des plus anciens moulins sis à Etampes sur la rivière Louette.


Fin XII° siècle il est cité sous Philippe Auguste comme moulin à fouler le drap, lorsque le roi accorde à deux chapelains une rente "sur nos moulins à fouler" d’Étampes.


Au XV° siècle Louis XI dans une transaction d’échange avec la commanderie des Hospitaliers d’Étampes leur propose une rente annuelle à prendre sur les revenus de trois moulins dont celui de Chauffour (à cette date il fait donc de la farine).


Diverses sources montrent qu’il est en activité au cours des 17° et 18° siècles, et qu’il fait partie des biens de la famille d’Orléans. Plusieurs baux mentionnent des réparations effectuées au moulin sans que l’on puisse reconstituer, faute de plans, le nombre et la disposition des bâtiments existants. Au moulin sont attachés les droits de banalité sur les boulangeries, pâtisseries… qui ne peuvent moudre leur grain ailleurs sous peine de confiscation de leur grains et mulets...»


En 1710 : Le moulin à farine de Chauffour fait l’objet d’une prisée de 403 livres mais l’année suivante moulin et bâtiments sont ruinés par les grandes eaux qui sont survenues 15 jours auparavant. Il est restauré immédiatement. Nous pouvons trouver sa première représentation connue, dans l’atlas de Trudaine. Le moulin présentait deux corps de bâtiment parallèles, le long de la rivière. “Celui abritant le moulin est rectangulaire et construit le long de la rivière. Face à lui, un autre corps plus petit longe le chemin de la Commanderie. Avant la Révolution une seconde roue est ajoutée (elle sera encore en place en 1796) le moulin appartient à Louis-Philippe d’Orléans, comme duc d’Étampes ; il est divisé en trois corps de hauteurs différentes, le bâtiment central, plus élevé, abritant deux moteurs, comporte au moins trois niveaux. Le moulin est acquis en l’an V par la famille Aubin “qui sera à l’origine de la prospérité du moulin au début du XIX° siècle.


“Des modifications successives des règlements d’eau vont intervenir qui sont révélatrices des querelles incessantes entre les propriétaires de Chauffour et des moulins inférieur et surtout supérieur, notamment après la construction du moulin de l’Ouche : plusieurs plaintes, procès-verbaux de visite, changements du système extérieur, suppression d’une des deux roues en témoignent.


Vers 1850 Le moulin est reconstruit : c’est l’imposant bâtiment toujours visible avec sa façade décorée à l’italienne (corps actuel en L sur la rivière). Le système extérieur, canal d’amenée et de décharge, déversoir, vannes de décharge et motrice, schématisée sur le nivellement et le plan de 1849, est celui encore en place aujourd’hui. (Mais pour combien de temps ???)


A la fin du siècle malgré 2 incendies, avec ses trois paires de meules, il produit dix sacs de farine par jour. C’est en 1923 que le moulin est transformé en menuiserie et utilise toujours l’énergie hydraulique.


En 1968 la roue hydraulique est en partie refaite une nouvelle fois et plus tard “Pour ne plus payer de taxe sur la force hydraulique, le propriétaire est obligé de détruire la roue mais il n'obtempère pas. Entre 1990 et 1994 = La roue s’est arrêtée de tourner : elle est toujours visilbe mais bien délabrée !

Ormoy-la-riviève Moulin de la Planche

Moulin de la Planche

45 route d'Artondu - 91150 Ormoy-la-Rivière


Lorsque le Moulin de la Planche est évoqué dans une conversation, on pense à son activité de formation d’apprentis (CFA de la Maison Familiale Le Moulin de la Planche).


Mais on oublie que le bâtiment fût d’abord un hôtel de voyageurs puis un moulin à farine (vers 1802, l'an X-XI de la République). C’est le seul moulin implanté sur la commune.


4 types de matériaux composent le gros oeuvre : calcaire, moellon, enduit et grès. L'élément de couverture principal sont des tuiles plates et la typologie du bâtiment est classée « moulin ferme ».


La roue à aubes se trouve derrière le bâtiment principal.


(Lieu de notre assemblée générale 2018)


St-Cyr la Rivière Moulin de Chanteloup

Moulin de Chanteloup

Le Moulin de Chanteloup est une propriété privée appartenant à la société « STE CHANTELOUP », société familiale créée il y a plus d’un siècle...


Les 16 et 17 juin 2018, dans le cadre des journées du patrimoine de pays et des moulins, Madame NOIR DE CHAZOURNE, gérante, et Madame CHAVAROCHE, nous ont permis d’ouvrir le moulin et d’y installer notre stand (et nous les remercions vivement).


Le thème retenu en 2018 était « l'Animal et l'Homme. Nous avons vu peu d’animaux mais beaucoup de visiteurs dans un cadre idyllique.


Etampes Moulin Badran

Moulin Badran - Etampes

Moulin BADRAN ou Moulin "Paysan".


La première mention d'un moulin Badran sur la rivière Chalouette date de 1406. En 1500 il est inscrit au Censier du chapitre de Notre-Dame (voir Corpus Etampois – B. Gineste). Il aurait été un moulin à fouler les draps. En 1600 il appartient au prieuré de Saint-Martin d’Étampes.


A partir de 1735 il est qualifié de « moulin à papier ». C'est après 1760 qu’il deviendra à farine; en effet au XIX° siècle il est cité comme ayant 2 roues pouvant produire plus de 70 quintaux de farine par jour… En 1938 il est déclassé et a cessé de fonctionner à la seconde guerre mondiale.


Le 15 mars 2000 il est acheté par Daniel et Marie-Hélène Percy qui le restaurent et accueillent depuis 10 ans le siège de notre association.


Le moulin Badran est ouvert tous les ans pour les journées du patrimoine et lors de cette visite vous pourrez apprécier l’excellent travail de restauration réalisé par les propriétaires : la roue extérieure fonctionne et à l’intérieur l’axe de la roue et le mécanisme entrainant la meule à l’étage sont visibles.